Évasion et discussion au sein du wagon voyageur ! - Joseph Espinoza

Mon blogue

Évasion et discussion au sein du wagon voyageur !

Évasion et discussion au sein du wagon voyageur ! - Joseph Espinoza

La semaine dernière, je voyageais dans le train en direction de Toronto pour un voyage d'affaires. Le trajet m'a semblé long pour une fois. En face de moi, il y avait un monsieur qui semblait s'ennuyer autant que moi. Alors j'ai décidé de lui parler. Je lui ai demandé pour quelle raison, il se rendait à Toronto. Il m'a répondu qu'il allait là-bas pour rendre visite à sa fille, qui venait d'accoucher de son troisième enfant : un garçon. De fil en aiguille, on en est venu à parler de nos vies, et c'est à ce moment que j'ai appris qu'il était planificateur financier. Je trouvais cela intéressant, alors je lui ai posé un tas de questions. J'ai appris que ce métier requière un certificat en planification financière délivré par l’École des sciences de l'administration, ou l’Université. Il m'a aussi expliqué qu'à ses débuts, c'était compliqué, parce qu'il était engagé au résultat en fonction d'un pourcentage sur ses ventes. Ainsi, jeune salarié, il ne gagnait pas tous les mois correctement sa vie. Maintenant, c'était différent pour lui, car il était le patron de sa propre compagnie d'assurance. Il m'a souri en disant cela, et je le voyais replongé dans ses souvenirs de jeunesse. Il m'a confié, les yeux perdu dans le vague :

« C'est loin tout cela, et si proche à la fois. Je suis content d’en être passé par là, parce que j'ai maintenant, une conscience aiguë de ce que j'ai obtenu. Dans la vie, pour arriver là où j'en suis, j'ai fait d'énormes sacrifices. »

Il m'a avoué aussi travailler énormément, et avoir réduit depuis quelques mois ses activités à la suite d'une alerte cardiaque. Sa femme et ses enfants lui demandaient aussi de se ménager. D’ailleurs, il envisageait de manière sérieuse de vendre son affaire. Il m'a proposé sa carte de visite, et je me suis empressé de la ranger précieusement dans mon portefeuille, car on ne sait jamais.

Nous avons parlé ensuite de choses et d'autres, et nous nous sommes découverts de nombreuses passions communes, comme le goût pour les vins français, ou la pratique de la voile.

Nous avons terminé notre discussion autour des voyages que nous avions réalisés. Ainsi, nous avons évoqué, songeurs, les charmes et le romantisme de la ville de Paris, la Dolce Vita des villes italiennes, le désir de retourner encore du côté de la Grèce. Et puis toujours plongés dans nos voyages, nous nous sommes mis à rêver d'un hypothétique voyage dans les îles Polynésiennes, sur les pas de Cook …

Nous en étions là de notre causerie, quand l’hôtesse du train à annoncer :

« Arrivée en gare de Toronto, veuillez vérifier que vous n'avez rien oublié dans le train. Attendez l’arrêt complet du train avant d'ouvrir les portes ! Nous espérons que vous avez passé un agréable voyage au sein de VIA Rail Canada. ».

Nous nous sommes regardés, nous sommes partis d'un grand éclat de rire, puis nous nous sommes serrés rapidement la main. Juste avant de descendre, nous avons échangé nos coordonnées, avec la promesse et la conviction de nous revoir à Montréal. Je l'ai vu de loin embrassé une jeune femme. Puis, je suis parti dans une direction opposée, en me disant intérieurement : belle rencontre !