La campagne, ou la ville ? - Joseph Espinoza

Mon blogue

La campagne, ou la ville ?

La campagne, ou la ville ? - Joseph Espinoza

C’était évident que ma sœur ne supporterait pas de rester trop longtemps à la campagne. Elle a toujours préféré les grands centres urbains aux petites villes. Quand elle m’avait parlé de son projet d’acheter une demeure proche de chez moi, j’avais été étonné. Avec ma conjointe et mon fils, nous habitons une maison située dans une petite ville. Quelques minutes de marche suffisent à nous emmener dans la nature. Cette situation avait tous les avantages que nous recherchions quand nous avons fait construire notre maison. Le terrain est proche de tous les commerces tout en étant assez isolé. Ce que j’apprécie, le soir, quand je rentre chez moi, ce sont les odeurs de la terre, le chant des oiseaux nocturnes ou encore, les derniers rayons du soleil couchant sur le jardin. Par contre, je savais que Virginie n’avait pas du tout la même vision que moi.

Comme elle allait dans la même clinique que ma conjointe pour son Soin douleur bas du dos Terrebonne, elle avait parlé de son projet à Hélène avant de me l’exposer. L’enthousiasme de mon épouse sur la qualité de vie à la campagne avait décidé Virginie à s’informer sur les possibilités d’achat d’un domicile proche du nôtre. Pour faciliter ses recherches, deux semaines de séjour chez nous étaient prévues. Une chambre isolée du reste de la maisonnée lui avait été réservée ; sa mise en place m’avait demandé trois jours, car elle n’était pas tout à fait terminée, et absolument pas prête à recevoir une invitée. J’ai fini de raccorder quelques branchements électriques, terminé de mettre du carrelage dans la salle de bains attenante à la pièce et monté le lit.

Hélène était heureuse de recevoir sa belle-sœur, et elle avait mis en place tout un programme pour la première semaine. Elle ne pouvait pas s’absenter plus longtemps de son emploi. J’ai donc décidé de prendre quelques jours de repos pour rester avec ma parente pendant la seconde partie de son séjour. Elle m’avoua bien vite qu’elle n’était pas habituée à ce calme constant et qu’elle n’avait pas envie de vivre dans un cadre aussi peu habité. La compagnie des écureuils et des chouettes n’était pas celle qu’elle recherchait. Je ne lui en voulus absolument pas de me donner le fond de sa pensée, au contraire. Sa lucidité montrait qu’elle avait bien réfléchi avant de s’engager dans une nouvelle vie. Malgré ses vingt ans, elle montrait une grande maturité.