La fête surprise - Joseph Espinoza

Mon blogue

La fête surprise

La fête surprise - Joseph Espinoza

Mes amis avaient organisé une fête pour mon anniversaire. Mes trente années passées sur la Terre, m’avaient permis de rencontrer des personnes très différentes, à l’image de ce que je suis. J’aime autant partir dans la nature pendant des semaines, que de visiter un musée, ou encore, d’aller à un concert de rock. Ces goûts éclectiques m’avaient ouvert sur le monde, et j’avais des amis très différents les uns des autres. Ils s’étaient regroupés pour planifier une fête, où je ne serais qu’invité. Ils ne voulaient pas que j’organise la soirée. C’était un luxe que j’appréciais beaucoup. Je n’avais pas été consulté sur la mise en œuvre des festivités, le lieu où elles se dérouleraient, le nombre et l’identité des convives. Mes amis me connaissaient assez bien pour faire les bons choix, je leur faisais une totale confiance sur ce sujet.

Alors que je regardais ma planification financière personnelle pour l’année, je vis qu’un message était arrivé sur ma boîte électronique ; mon cousin Bastien me demandait si je préférais qu’il vienne me chercher, ou que je le retrouve ce soir, à une adresse qu’il me fournirait. J’étais surpris qu’il ne pense pas à me souhaiter mon anniversaire ; qui était justement ce jour. L’événement arrangé par mes amis devait se passer dans deux semaines. Un nouveau message arriva, encore de Bastien. Il me proposait, finalement, de venir le retrouver dans un restaurant. Il me précisait que je devais être bien habillé. Je me préparais rapidement. Une chemise, à manches courtes, d’un beau bleu roi avec des rayures fines, qui étaient d’un bleu très clair, irait parfaitement avec un pantalon en toile denim délavé. Je pris une veste coordonnée et je partis.

La chaleur de ce mois de juin était exceptionnelle. Dans la rue, je pris tout mon temps pour profiter de cette météo favorable. Le restaurant était situé à une dizaine de minutes à pieds de chez moi. Lorsque je suis arrivé, je fus étonné de constater qu’il était fermé. Je regardais à travers les vitres, mais personne ne s’agitait dans l’établissement. Aucun écriteau ne venait expliquer cette absence de tout le personnel. Je pris mon téléphone pour appeler mon cousin. Alors que je faisais ce geste, je vis que Bastien était dans le restaurant, et qu’il arrivait vers moi. Il ouvrit la porte et me fit entrer dans l’établissement, vide. C’est à ce moment que, de partout, sortirent mes amis. Ils avaient réussi à me faire une vraie surprise.