Le tuning auto - Joseph Espinoza

Mon blogue

Le tuning auto

Le tuning auto - Joseph Espinoza

Kevin est un fan de tuning. Avec sa femme qui travaille comme esthéticienne dans une clinique de traitement au botox Quebec, il a deux magnifiques enfants. Leur couple est sur le déclin, et cela me rend malade de ne pas arriver à rendre la raison à mon frère. Avec ma belle-sœur, ils vivent sans doute, un début d’année chaotique et il n’y a rien que l’on puisse faire. Je vous explique, il se sert de son salaire pour améliorer son auto.

Après, je ne veux pas non plus juger cette passion. Chacun fait ce qu’il veut, mais il faut toutefois se fixer quelques limites. Comme dans tout, à partir du moment où on est dans l’excès, on ne peut finir que par sombrer. Je ne sais pas si vous partagez cet avis, peut-être même que j’exagère ? Lorsque l’on a deux enfants, une famille à nourrir, en ce qui me concerne, je trouve cela troublant, mais aussi totalement immature de ne pas s’en rendre compte par soi-même.

C’est un peu délicat pour nous aussi, sa famille, de devoir lui faire quelques remontrances. Le problème dans une situation telle que celle exposée, c’est qu’il peut très vite démarrer au quart de tour, en nous accusant de prendre parti. Ce qui n’est pas totalement faux. Je crois que l’on peut facilement comprendre. Pour ma part, je pense avant tout à mes neveux. Surtout, que ce soit pour lui comme pour sa chère et tendre épouse, on ne peut pas vraiment dire qu’ils roulent sur l’or.

Aussi, lorsque je le vois aller changer ses pneus, et se faire rajouter des jantes « dernier cri », cela me met dans une colère noire. Ils ont un loyer à payer et des épiceries à faire. Je ne conçois pas qu’il ait autant de mal à établir certaines priorités. D’autant plus que son amour pour sa famille est flagrant. Alors oui, bien entendu, je ne donne peut-être pas une très belle image de lui avec mes écrits. Je crois juste qu’il est perturbé.

Vous savez, au bout de 15 ans de vie commune, il est parfois difficile de trouver sa place au milieu d’une ribambelle de « petits monstres adorables ». Je crois qu’ils se sont perdu tous les deux, et que madame est plus maman que femme. Il a dû finir par se lasser. Pourtant, ce n’est pas comme si nous ne faisions rien pour les aider. Pour garder les petits, pour les inciter à aller au cinéma, au restaurant ou autre. La base, c’est d’en avoir envie. J’ose croire que tout n’est pas fini.

Parce que nous les aimons tellement, ce soir, c’est la grande réunion de famille. Nous allons les attendre de pied ferme, en espérant que quelque chose de concluant ressorte de tout ceci. D’après-vous, faisons-nous ce qu’il faut ?