Un Noël sans liste de cadeaux - Joseph Espinoza

Mon blogue

Un Noël sans liste de cadeaux

Un Noël sans liste de cadeaux - Joseph Espinoza

J’avais eu des idées pour les cadeaux de Noël de toute ma famille, et je les avais notées sur un carnet, pendant presque toute l’année. La période des fêtes approchait, et je ne retrouvais plus ce fameux carnet. J’avais pourtant pris la peine de mener ma petite enquête sur les désirs de chaque personne de mon entourage. Comment me souvenir de tout ce que j’avais écrit ? Allons, allons, la mémoire allait me revenir. Par exemple, quand avais-je vu mon frère et ma belle-sœur ? Mais oui, la dernière fois, nous nous étions rencontrés au restaurant, et je les avais trouvés fatigués. Ma belle-sœur avait envie de détente, cela me revenait. J’avais justement entendu parler de l’ouverture d’un centre de soins esthétiques. Une carte à l’année dans ce centre serait un beau présent pour elle. Je m’empressais de lui commander sa carte. Voilà, déjà un premier cadeau de fait.

Le suivant auquel je pensais, était mon frère. Dans sa jeunesse, il avait été passionné de modélisme, et il adorait faire voler des hélicoptères et des avions qu’il montait. Je l’avais entendu dire, récemment, qu’il souhaitait se remettre à cet ancien passe-temps, mais qu’il n’avait pas acquis de maquette à monter récemment. Une boutique spécialisée dans les modèles réduits était présente en ville. J’allais y chercher quelques maquettes d’avion, et je revins, tout content d’avoir avancé. Et de deux cadeaux, c’était de mieux en mieux. Ma mère m’appela. Elle voulait mon avis et mes idées pour offrir un cadeau qui plairait à ma conjointe. Elle la connaissait mal, car nous ne nous étions rencontrés que trois mois avant. Je lui recommandais de lui prendre une écharpe tissée dans le magasin qu’une de nos amies tient. Je savais qu’elle en rêvait, car elle les trouvait douces et chaudes.

Je pris un rendez-vous avec mon conseiller financier, car il était plus que temps que je revoie mes investissements. Je continuais à me demander ce qui ferait plaisir autour de moi. Ma mère, justement, était une personne pour qui il était très difficile de trouver un présent. Elle ne se maquille et ne se parfume pas, mais elle aime la lecture et l’art. En passant devant la librairie de mon quartier, je lui pris un ouvrage avec de belles photographies d’un musée prestigieux à Londres. Mon père avait, comme ma mère, des goûts simples. Une nouvelle paire de bottes en caoutchouc, fourrées, serait l’accessoire idéal. J’avais trouvé un cadeau qui ferait plaisir à chacun. Sauf pour ma conjointe…